Ma pomme...

 
 
 
Je suis né en 1953, dès l’enfance je me posais déja des questions auxquelles l’école ne répondait pas. A 3 ans je courais comme un fou pour tenter de distancer mon ombre... Plus tard je passais des soirées à rêver et à imaginer sur l’infiniment grand, l’infiniment petit, sans pouvoir trouver une explication logique. Pourtant j’aurais tellement aimer comprendre… Par la suite, je me suis intéressé aux insectes qui m’entouraient, je les observais et les reconnaissais sans savoir leurs noms…
Puis il a bien fallu un jour apprendre quelque chose pour assurer ma subsistance future et mon indépendance. L’électronique fût mon élue pour quelques années, j’ai pu enfin comprendre l’effet diode qui m’intriguait au plus haut point… Le système éducatif ne me convenant guère, je me suis retrouvé dans la vie active à 17 ans. Après avoir passé 2 années à travailler en usine et une année au service obligatoire de l’état, le hasard, la chance m’ont fait entrer au Centre Départemental de Documentation Pédagogique de la Sarthe. Ma tâche était à l’époque la maintenance du parc audiovisuel des écoles, collèges et lycées du département. Par la suite j'y suis devenu médiathécaire. Au fil du temps et au contact de collègues, j’ai pu apprendre les bases de la photographie, l’informatique… Puis il y eu l’apparition d’Internet…
En parallèle de tous cela, le déclic fût la rencontre d’autres naturalistes, auprès desquels j’ai pu apprendre la démarche pour observer, déterminer, connaître les espèces animales et végétales qui nous entourent. Un vaste programme que j’ai commencé à 23 ans en autodidacte et qui ne m’a jamais quitté avec une prédilection pour les Oiseaux, les Odonates, les Amphibiens, les Orchidées sauvages. J’ai participé à des inventaires locaux et nationaux pour ces différents ordres. Des modestes découvertes dans ces domaines m’ont amené à publier des notes scientifiques à l’échelon local sur les oiseaux et les batraciens, et national pour les Odonates (Martinia, la revue des Odonatologues de France).
En août 2000 je mettais en ligne mes premières pages web naturalistes : Carnets Naturalistes Sarthois. En cette même période l’apparition des appareils photo numériques, s’est révélé être un outil formidable pour le naturaliste. Deux sites Internet complémentaires ont alors étoffé mes carnets : Numeriscopages, site dédié à la photo d’oiseaux et Libellules, site dédié à la photo des odonates